Location saisonnière : 7 questions pour tout comprendre

location saisonnière à Arzon

Si vous avez le projet de louer un logement, vous aurez le choix parmi différents types de location : longue durée, étudiante, vide ou meublée, etc. Mais vous pouvez également opter pour la location saisonnière à Arzon, et ainsi louer à des gens de passage, pour de courtes durées. Ce type de location comporte néanmoins quelques particularités. Voici 7 questions pour mieux comprendre la location saisonnière avant de se lancer dans l’aventure.

1. Qu’est-ce qu’une location saisonnière ?

Si vous vous lancez dans la location saisonnière à Arzon, vous mettez votre logement en location pour de courtes durées (d’une nuit à quelques semaines). On utilise le terme « saisonnier » car à l’origine, ce type de location était destiné à des fins touristiques, pendant la haute saison. La location saisonnière d’appartement ou de maison doit donc être meublée. Vous voulez en savoir plus sur les différents types de location ? Voici un article sur le sujet.

2. À quel moment le locataire doit-il payer sa location saisonnière à Arzon ?

C’est le propriétaire qui fixe le tarif de sa location. Il est totalement libre de fixer le montant de son choix. Si vous êtes locataire et que vous avez l’intention de sous-louer un logement, le montant de la location saisonnière à Arzon doit être inférieur au loyer mensuel. Le propriétaire peut également librement choisir le moment et le mode de paiement. Il est tout à fait possible de demander aux locataires de verser le loyer avant leur arrivée dans le logement, ou au moment de la remise des clés.Avec les plateformes de réservation en ligne (comme AirBnb), le versement est fait au propriétaire le jour de l’arrivée prévu des locataires.

3. Comment sont imposés les revenus locatifs saisonniers ?

La location saisonnière d’appartement ou de maison est considérée comme une activité commerciale et les revenus issus de ce type de location sont imposés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Le régime d’imposition et votre statut dépendent du montant des bénéfices. Si vos revenus locatifs sont inférieurs à 32 100 euros par an, vous êtes imposé au régime micro-BIC, avec un abattement forfaitaire de 50 % censé couvrir vos charges. Si vos revenus locatifs sont supérieurs à 32 1000 euros annuels, vous êtes soumis au régime réel avec la possibilité de déduire vos charges de vos revenus.

4. Faut-il limiter le nombre d’occupants dans le logement ?

En tant que propriétaire, vous êtes libre de limiter le nombre d’occupants dans le logement mais ce n’est pas une obligation. Cela dit, si votre logement est prévu pour 6 personnes et que 10 personnes ont prévu d’y séjourner, vous pourriez avoir de mauvaises surprises. En effet, pour votre location saisonnière à Arzon, vous avez certainement prévu des équipements pour un nombre limité d’occupants (lits, vaisselle, coussins, linge de lit, capacité en eau chaude, etc.). N’hésitez pas à limiter le nombre d’occupants pour mieux maîtriser la location.

location saisonnière à Arzon

5. Est-ce indispensable de rédiger un descriptif dans l’annonce ?

Votre annonce est le seul outil dont disposent vos futurs occupants pour se décider. La rédaction d’un descriptif dans l’annonce est donc inévitable. Vous avez d’ailleurs l’obligation de leur fournir un descriptif du logement et de son environnement proche. Ce descriptif peut être indiqué dans l’annonce ou envoyé dans un document après la mise en relation. Le descriptif doit mentionner les conditions de votre location saisonnière à Arzon : loyer, mode de règlement, moment prévu pour le versement, conditions d’annulation, etc.

6. Le contrat de location et l’état des lieux sont-ils obligatoires ?

Lors d’une location saisonnière à Arzon, rares sont les propriétaires qui se soucient de ces formalités pourtant essentielles. Le contrat de location écrit est obligatoire dans le cadre d’une location. Il doit mentionner un descriptif et le montant de la location. En passant par une plateforme de réservation ou par une agence, ce sont vos intermédiaires qui s’en chargent. Les états des lieux d’entrée et de sortie sont en revanche facultatifs mais largement recommandés.

7. Que faire si le locataire ou le propriétaire change d’avis en amont de la date prévue pour la location ?

Le futur locataire ou le propriétaire peuvent annuler la réservation à tout instant. Les formalités dépendent de ce qui est indiqué dans le bail locatif. Une simple clause d’annulation « en cas de force majeure » ne sera pas valable pour annuler la réservation si les locataires sont retenus pour raisons personnelles. Vérifiez bien les conditions d’annulation sur la plateforme de réservation qui vous concerne car elles peuvent varier d’une plateforme à une autre. Si le locataire décide d’annuler la location, il devra rembourser l’acompte versé par le locataire. En cas de désistement du locataire, le propriétaire conserve l’acompte.

8. Faut-il confier votre location saisonnière à un professionnel ?

La location saisonnière exige beaucoup de temps et d’investissement personnel. Il faut se rendre disponible pour les nombreuses entrées et sorties des locataires et pour répondre à toutes leurs questions à propos du logement et de ses environs. Si vous souhaitez gagner du temps et confier toutes les tâches de la location saisonnière à un professionnel, n’hésitez plus et optez pour la gestion locative traditionnelle !

Vous voilà paré pour vous lancer dans l’aventure de la location saisonnière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *