Vendeur ou acheteur : qui se charge de verser les honoraires d’agence ?

frais d'agence immobilière à Sarzeau

Vous avez décidé de confier votre vente immobilière à un professionnel ? Tant mieux : elle est ainsi entre de bonnes mains, et a toutes les chances d’aboutir. Une question subsiste néanmoins : qui du vendeur ou de l’acquéreur est censé s’acquitter des frais d’agence immobilière à Sarzeau ? Il est temps de résoudre ce grand mystère.

Les frais d’agence immobilière à Sarzeau : kézako ?

Chaque transaction immobilière comporte son lot de formalités. Confier la vente à un professionnel via la signature d’un mandat (simple ou exclusif) en revient à ajouter une formalité : payer le service rendu en fin de transaction. En cela, les frais d’agence immobilière à Sarzeau correspondent aux honoraires du professionnel en charge de la vente (agent commercial, agence immobilier, négociateur, etc.) en contrepartie des tâches effectuées et des services rendus. Ceux-ci regroupent l’ensemble des actions mises en place pour favoriser le processus de vente, de la préparation de la transaction jusqu’aux dernières étapes.

Le montant des honoraires varie selon l’agence et le type de transaction. Les professionnels de l’immobilier sont libres de fixer leurs honoraires à condition d’afficher le barème en agence et sur le web (s’ils ont un site Internet, du moins). Notez que ces honoraires n’ont rien à voir avec les frais de notaire (lire à ce sujet notre article sur le rôle du notaire).

En réalité, le professionnel est mandaté par le vendeur mais s’occupe également de l’acheteur. En effet, il aide le propriétaire à vendre et l’acheteur à devenir propriétaire. Dans ces conditions, qui du vendeur ou de l’acquéreur est censé verser les frais d’agence immobilière à Sarzeau, puisqu’ils en profitent tous les deux ?

Les frais d’agence immobilière à la charge du vendeur

Dans la plupart des transactions, c’est le vendeur qui s’acquitte des frais d’agence immobilière. Mais en réalité, c’est bien l’acquéreur qui paie… Explications !

Avant la loi ALUR, les professionnels de l’immobilier avaient la possibilité d’afficher les prix des biens augmentés de leurs honoraires, sans préciser à combien ceux-ci s’élevaient. Ainsi, les potentiels acquéreurs ne pouvaient voir qu’un seul prix, 350 000 euros par exemple, et il était impossible de savoir si ce prix incluait les frais d’agence immobilière à Sarzeau à la charge du vendeur. Les vendeurs avaient pour habitude de fixer un prix « net vendeur » et de laisser à l’agent immobilier la liberté d’y ajouter le montant de ses honoraires.

Depuis la loi ALUR, l’affichage conjoint des prix « net vendeur » et « HAI » (honoraires d’agence inclus) est obligatoire. L’acheteur peut désormais connaître le poids des frais d’agence : si le bien est vendu « 350 000 euros dont 30 000 euros d’honoraires », le vendeur touchera 320 000 euros.

En résumé, si le vendeur impose un prix « net vendeur » au professionnel, c’est l’acquéreur qui les prend en charge, mais en connaissance de cause.

frais d'agence immobilière à Sarzeau

Les frais d’agence immobilière à la charge de l’acquéreur

Cela arrive rarement, mais l’acquéreur peut prendre les frais d’agence immobilière à Sarzeau à sa charge. Et cela peut s’avérer très intéressant dans la mesure où il doit payer des frais de notaire uniquement sur le net vendeur… Alors que ces mêmes frais sont calculés sur le prix HAI lorsque c’est le vendeur qui mandate le professionnel.

L’acquéreur peut ainsi réduire ses frais de notaire en décidant de prendre à sa charge les frais d’agence. Si l’on conserve l’exemple cité plus haut, l’acheteur va donc payer au notaire des frais sur 320 000 euros au lieu de 350 000 euros. Il paiera donc 25 600 euros au notaire (8 % du montant total) au lieu de 28 000 euros, soit une économie nette de 2 400 euros.

Vendeur et acquéreur peuvent-ils partager les frais d’agence ?

Cette pratique n’est pas très usitée en France, pourtant il est possible de partager les frais d’agence. Cela suppose que le vendeur et l’acheteur participent à égalité au versement des honoraires. Si ce cas de figure est peu fréquent, rien ne vous interdit d’en discuter avec votre acquéreur !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.